Dorothée Magazine et Dragon Ball

Dans les années 90, le Club Dorothée était l’une des émissions favorites des enfants et adolescents. De nombreuses personnes ont découvert Dragon Ball, et les mangas plus généralement, grâce à cette émission si emblématique. Ce programme télévisuel était tellement populaire  (parts de marché énormes et jamais égalées depuis) que la production avait lancé un magazine papier nommé : Dorothée Magazine.

Leçon d’histoire

Dorothée Magazine a été lancé en septembre 1989 et se vendait entre 120 000 et 150 000 exemplaires*. Il s’agissait d’un hebdomadaire vendu 8 francs lors de son lancement puis 10 francs (0.15€) dans sa fin de carrière, et disponible en kiosque le mardi (le samedi de la semaine précédente pour les abonnés). Après l’arrêt du Club Dorothée en aout 1997 Dorothée Magazine a été publié encore quelques temps et a été stoppé le 27 janvier 1998, après 436 numéros. Il est devenu D. Manga en février de la même année tout en gardant la numérotation d’origine ; le premier numéro de D. Manga est donc le 437. Il possède comme couverture le Gogeta en super saiyen 4 : personnage encore inconnu en France à cette date (nommé Gogeta 2 par le magazine). La publication du magazine devient mensuelle et sa formule se retrouve légèrement modifiée. Il est d’ailleurs amusant de noter que le dernier édito signé par Dorothée se trouve dans le numéro 435 (l’avant dernier numéro de Dorothée Magazine). L’édito du numéro suivant est signé “La rédaction” sans plus d’explication.

DragonBall à l’honneur

A cette époque Dorothée Magazine était l’une des seules sources d’informations sur les mangas avec une poignée d’autres magazines (comme Anime Land). Le magazine était

Bande dessinée Dragon BallLa BD était tirée de l'anime

même la source d’information la plus complète concernant Dragon Ball. Chaque semaine un dossier était consacré à l’une des séries programmé dans le Club Dorothée. Vue la popularité de Dragon Ball auprès des enfants/adolescents de l’époque, la série avait souvent le droit à de nombreux articles dédiés. Au début, “Les Chevaliers du Zodiaques” (Saint Seiya) était la série phare du magazine et prenait une place importante. Puis, lentement, Dragon Ball a pris le dessus sur les couvertures et les dossiers traités. Dans les dernières années, à peu près une couverture sur deux était dédiée à Dragon Ball (même chose pour les posters).

Revue de presse

Le magazine s’articulait autour de deux rubriques principales: “Magazine” et “Bande Dessinées”. Deux à quatre B.D. par numéro étaient disponibles pour les lecteurs. Dragon Ball Z était toujours dans les premières pages, Sailor Moon était aussi souvent présent (pour attirer les filles sans doute) au côté de l‘éternel Chevaliers du Zodiaques. Les B.D. étaient constituées d’images capturées directement du dessin animé. Généralement la bande dessinée DBZ comprenait la moitié d’un épisode par semaine puisque chacun des épisodes était coupé en deux parties. La série comptant 291 épisodes, il fallait donc être très patient. D’ailleurs quelques numéros après le lancement de D. Mangas, la B.D. Dragon Ball Z fut stoppée avant son dénouement pour laisser place à DB GT.

Un dossier sur Dragon BallLes dossiers sur Dragon Ball étaient nombreux

Dans la rubrique “Magazine”, un dossier “était consacré à une série en particulier. Voici une liste non exhaustive des différents thèmes abordés sur DBZ :

  • fiches
  • ou histoires des personnages
  • présentation
  • de différents peuples
  • résumés détaillés d’épisodes ou films
  • thèmes divers sur la série (transformations, attaques spéciales, lieux, objets, calendrier, noms).

Aucun autre magazine de l’époque n’est allé aussi loin sur l’univers même de Dragon Ball. Mais ces articles possédaient des erreurs parfois grossières. L’une des plus célèbres est la fausse information donnée par un des Dorothée Magazine sur le lien de parenté entre Goku et Thalès. De nombreuses personnes ont été persuadées que Goku et Thalès étaient frères. Pourtant il n’y a aucun lien de sang entre les deux personnages mais juste une ressemblance physique. Malgré ces affirmations parfois douteuses, les informations se révélaient souvent inédites en France concernant le futur de la série. A part peut-être pour les rares personnes achetant le manga japonais en importation. Savoir que Goku devient super saiyen 4 et frimer devant ses copains du collège parce qu’on a un temps d’avance, cela n’a pas de prix.

Questions/Réponses

A la fin du magazine se trouvait le courrier des lecteurs illustré de dessins réalisés par des fans. Les lecteurs posaient leurs questions sur les séries diffusées par TF1 et d’autres y répondaient dans la page “Le coin des spécialistes”. Cette rubrique est amusante à lire aujourd’hui du fait des réponses parfois imprécises voir fausses dans le pire des cas. Voici quelques extraits de courrier contenant des erreurs.

Courrier des lecteursLe courrier des lecteurs contenait souvent de fausses affirmations

Dans le numéro 414, Julie répond à quelques questions d’un autre lecteur. L’épée Z : alors que Sangohan était sur la planète du vieux Kaïoh, ce dernier lui a demandé de retirer cette épée plantée dans la pierre. Il est ainsi devenu invincible. Dans le même numéro, Florian répond aussi à certaines questions. Sangoku 3 est supérieur à Végéta car sous cette transformation, il est l’égal de Gogeta. Ce dernier est bien plus fort que Béjito car il allie le potentiel de Sangoku 3 à celui de Végéta Super Guerrier.

Dans le numéro 353, Audrey répond également à certaines questions en affirmant certaines choses jamais vues dans DB GT. Pain peut se transformer en super guerrière et elle s’entraîne avec son grand-père, Sangoku [...] Dans Dragon Ball GT, Trunks ne se mariera pas, en revanche Sangoten et Marron tomberont amoureux et auront un enfant, Sangoku. Sangoten a donné ce nom à son film en souvenir de son père.

Difficile à l’époque de vérifier que ces affirmations étaient bien réelles. Cela avait au moins le mérite d’alimenter les discussions dans les cours de récréation pour certaines personnes.

On peut toujours critiquer Dorothée Magazine pour ses contenus manquant de précision ou de justesse. Il n’empêche qu’il s’agissait dans les années 90 d’une des seules sources d’informations sur Dragon Ball. Impossible de passer à côté de ce magazine pour les plus grands fans du manga ou de la série. Il fallait juste éviter les pages sur les séries d’AB Production (Hélène et les garçons et compagnies) ou les articles sur des dessins animés moins intéressants comme Sailor Moon (à moins que certains trouvaient un intérêt à cette série), Kangoo, Tico & ses amis et bien d’autres. Désormais il suffit de se rendre sur Internet et plus particulièrement sur certains sites dédiés à Dragon Ball Z pour en savoir un maximum.

*source wikipédia

DRAGON BALL, DRAGON BALL Z et DRAGON BALL GT ©1984 by Bird Studio/Shueisha, Toei Animation. Tous droits réservés.
DRAGONWEB ©2016 Reproduction des textes publiés sur le site interdite sans autorisation de l'auteur.