Critique DBZ La résurrection de F (Freezer)

Deux ans après le succès de Battle of Gods, la Toeï Animation sort la suite nommée « La Résurrection de F » avec le retour très surprenant de Freezer en tant qu'ennemi principal. Le précédent film, bien que sympathique, n'était pas non plus un grand film Dragon Ball Z parmi ceux déjà sortis. Cette critique révèle plusieurs aspects de l'intrigue, donc n'allez pas plus loin si vous ne souhaitez pas en savoir plus, ou rendez-vous directement à la conclusion.

Un retour surprenant

Kame sennin au combatTortue Génial se bat également

La résurrection de F se situe chronologiquement quelques mois après BoG. Dans le précédent film, Videl annonçait qu'elle était enceinte et dans celui-ci sa fille Pan est née et doit avoir quelques semaines tout au plus. Le scénario n'est pas vraiment original car, comme d'habitude, il reprend le même principe que la plupart des autres films existants, à savoir qu'un ennemi débarque sur Terre et veut sa destruction ou son envahissement. Cette fois-ci cet ennemi est Freezer, qui a été ressuscité quelques mois auparavant grâce aux Dragonballs et à l'aide de certains de ses hommes ayant survécu depuis sa défaite face à Trunks. Jusqu'à ce moment, le scénario est cohérent même si Freezer n'est plus à son premier coup d'essai en terme de revanche. Battu par Goku sur la planète Namek, il tente de prendre sa revanche sur Terre une première fois et se fait littéralement charcuter par Trunks et sa fameuse épée. Dans le film avec Janemba, il est aussi de retour et se fait détruire par Gohan en un seul coup, montrant qu'il n'est plus au niveau face aux progrès des saiyens.

De multiples incohérences

Goku et Vegeta s'entrainent avec WhisGoku et Vegeta s'entrainent avec Whis

Venons en directement aux points fâcheux de ce long métrage. Un des plus gros problèmes de la résurrection de F est le grand nombre d'incohérences rencontrées tout du long du long métrage. Aucun autre film DBZ ne peut se targuer de faire mieux sur ce plan. On y apprend que Freezer, après son retour à la vie, part s’entraîner durant quatre mois pour pouvoir vaincre Goku. Jamais dans son existence, il ne sait entraîner au combat. Le problème est qu'en seulement quatre mois d'efforts, il devient aussi fort qu'un super saiyen god, alors qu'il a fallu plusieurs dizaines d'années pour Goku et Vegeta avant d'atteindre ce niveau, bien qu'ils soient des génies en arts martiaux. Et si Freezer s'était entraîné pendant huit mois, quel niveau aurait-il atteint ? Il serait sans doute devenu plus puissant que le dieu de la destruction lui-même. Cela fait de Freezer l'être potentiellement le plus fort de l'univers. Cette pirouette scénaristique pour le faire revenir à niveau est difficilement crédible dans l'univers de Dragon Ball, mais peut encore passer pour justifier un nouveau film. Une des incohérences les plus importantes de la résurrection de F est le niveau de puissance de Gohan et Piccolo qui vient bouleverser une partie du manga. Pour rappel, Piccolo rivalisait avec C-17 qui est déjà bien plus fort qu'un simple super saiyen. Il tient également tête contre Cell en première forme. Dans l'histoire de Dragon Ball, Piccolo est resté au niveau des saiyens jusqu'au combat face aux cyborgs. C'est à partir du combat final contre Cell, et pendant l'époque Buu, que le niveau de puissance du Namek ne progresse plus réellement ou pas suffisamment pour prendre part aux combats. Dans le film, Piccolo se fait battre facilement par l'un des hommes de Freezer ayant une force équivalente à Zabon ou Dodoria. Normalement, c'est impossible mais les scénaristes en ont décidé autrement. On pourrait dire qu'ils n'ont pas lu le manga avant de faire ce film pour faire une erreur pareille. C'est une insulte faite aux fans qui suivent le manga depuis le début.

Gohan est devenu très faibleGohan battu par Freezer

Le problème de Piccolo n'est pas isolé, car Gohan est devenu lui aussi une serpillière (s'il y a des fans de Gohan allez chercher une corde et un tabouret avant de lire la suite...). On sait que le jeune garçon ne s’entraîne plus depuis quelques années et que logiquement sa force a probablement baissé. Dans le film, sa forme « mystique » disparaît bien qu'il sache toujours l'utiliser quelques mois auparavant dans BoG. Sa baisse de puissance n'est pas illogique et sa non-maîtrise de la forme « mystique » peut passer du fait du manque d’entraînement. Cependant dans la résurrection de F, la situation est irréelle. Gohan se fait battre par Freezer et se retrouve dépassé face au monstre qui est en plus dans sa forme la moins dangereuse. Un seul coup de Freezer a suffi pour que Gohan tombe et soit à la limite de la mort avant d'être sauvé par un senzu. Rapellez-vous que quelques années plus tôt Gohan était aussi fort qu'un super saiyen 3 et rivalisait avec Majin Buu infiniment plus fort qu'un simple Freezer. La faiblesse de Gohan est un non-sens par rapport à l'univers DBZ et difficile à accepter. On peut définitivement dire adieu au Gohan qui existait contre Cell et Majin Buu. C'est devenu un personnage secondaire qui n'a plus les faveurs des scénaristes ou de Toriyama alors qu'il a toujours été présenté comme le guerrier possédant une puissance cachée capable de toutes les merveilles. Dernier point, et non des moindres (parce qu'on ne va pas lister toutes les incohérences) est la blessure à mort de Goku par un rayon laser provenant d'une arme alors qu'il est sous la forme d'un super saiyen god super saiyen (SSGSS). Le héros de Dragon Ball, censé être indestructible, capable de détruire des planètes en un clin d'oeil se fait surprendre par un simple rayon laser d'une puissance insignifiante pour lui. Souvenez-vous que dès le début du manga lors de sa rencontre avec Bulma, il résiste aux armes à feu alors que sa force de combat est de l'ordre de 10 unités. Dans le film, sa force doit se situer à plusieurs milliards d'unités et il est battu par un rayon laser ? Le film l'explique par le fait que Goku est tendance à trop se relâcher et qu'il s'agit d'un axe de progression pour lui. Malgré ces explications, c'est impossible pour Goku de se faire battre ainsi (et d'être sauvé par un senzu comme un vulgaire personnage secondaire) dans l'univers initial que Toriyama a créé.

Une transformation banale

La nouvelle forme de GokuGoku en SSGSS

Chaque nouvelle transformation des saiyens est un moment clé dans le manga :

  • la première métamorphose rageuse de Goku sur Namek qui résulte de l'assassinat de Krilin.
  • la classieuse transformation de Gohan SSJ2 en pleur et pleine de colère suite à la destruction de C-16.
  • la démonstration surprise de Goku SSJ3 face à Majin Buu.
  • on peut même citer la transformation de Goku en SSJ4 qui, malgré les défauts de DB GT, est loin d'être à jeter.

En revanche dans la résurrection de F, il n'y a aucun élément marquant lorsqu'on voit pour la première fois le super saiyen blue (le terme blue est évoqué dans Dragon Ball Super). Difficile de comprendre la raison de cette nouvelle forme et la présence des cheveux bleus après le rouge du super saiyen god. Vont-ils s'arrêter un jour ? En effet, toutes les couleurs primaires ont désormais été utilisées ! Tout comme la transformation en SSB, le film manque également d'intensité. La résurrection de F aborde trop légèrement des événements qui sont pourtant graves. On ne ressent aucune tension ou sentiment dramatique malgré les enjeux. Durant l'heure et demie, on n’y croit pas une seule seconde. On est loin de certains films qui arrivent à nous faire passer des émotions. En fait, malgré la grande force de Freezer, Goku ne semble pas vraiment en difficulté face à son ennemi. Même Beerus et son titre de dieu de la destruction ne semble pas foncièrement mauvais, ce qui fait qu'on a du mal à se dire que c'est un méchant cruel.

Un film bien rythmé

Vegeta lui aussi en SSGSSVegeta en SSGSS

Face à la montée en puissance des saiyens, de nombreux personnages auparavant utiles étaient depuis laissés à l'écart et réduits à simples spectateurs. Plusieurs personnages secondaires possèdent leur minute de gloire contre l'armée de Freezer dans un combat massif qui est loin d'être déplaisant à regarder. Tortue Géniale (Kame senin) qui était devenu le pervers officiel de la série participe lui aussi. Il n'avait pas combattu depuis le « robot des glaces », l'un des premiers OAV DBZ. Par contre, l'absence de Trunks et Goten est des plus surprenantes. Ils ont volontairement été laissés à l'écart et non mis au courant de l'arrivée de Freezer. Pourtant ils peuvent très bien ressentir la présence de grandes forces sur Terre. Logiquement, ils auraient donc dû arriver sur place. On n'est plus à une incohérence près et dans une certaine mesure c'est peut-être mieux ainsi. Généralement, ils n'apportent pas grand-chose et sont même ennuyants dans la plupart des autres films dont ils font partie. Le retour de Broly, Bio-Broly et le film avec le frère de Vegeta sont de parfaits exemples. Pour terminer sur les aspects positifs, le film est plutôt bien rythmé. C'est l'un des reproches pour Battle of God mais la Résurrection de F corrige ce défaut. Toriyama avait annoncé lui-même que le film serait plus axé sur le combat et la promesse est bien tenue. Les affrontements sont plaisants à regarder grâce à une animation agréable. Visuellement, il n'y a pas non plus grand-chose à dire. C'est propre et joli. On est très loin de certaines scènes de Dragon Ball Super parfois grossières. On note une présence de la 3D peut-être plus fréquente que dans BoG. Pour les nostalgiques, le style reste très différent des films comme Janemba et Tapion où le dessin était fin et élégant. L'évolution des techniques fait qu'on ne pourra plus se rapprocher de cet aspect.

La résurrection de F est un film qui peut diviser les fans de la première heure. Si l'on s'attarde sur les multiples incohérences, l'expérience peut s'en trouver gâchée. Si l'on arrive à se détacher de ces problèmes, le film est très plaisant à regarder du fait des nombreuses scènes de combat bien réalisées. Le jeune public sera lui forcément conquis, car il n'a pas le bagage nécessaire pour être choqué par les erreurs. Dommage que l'univers de Dragon Ball ne soit pas respecté, car on aurait pu avoir l'un des meilleurs films jamais sortis.

Tags: 

DRAGON BALL, DRAGON BALL Z et DRAGON BALL GT ©1984 by Bird Studio/Shueisha, Toei Animation. Tous droits réservés.
DRAGONWEB ©2016 Reproduction des textes publiés sur le site interdite sans autorisation de l'auteur.